100 ANS EN CARTES POSTALES

De l'Abbaye à la place de la Mairie

 

 

Les toutes premières cartes postales Damparisiennes arrivèrent après 1904.

Dom Parisius, moine de l'ordre de Saint-Augustin donna naissance au XIIème siècle à l'Abbaye de Damparis. L'église abbatiale deviendra au 18ième siècle paroissiale sous le vocable de Saint-Denis, premier évêque de Paris.

 

 

Richement orné mais très dégradé, l'intérieur de l'église fut rénové en 1956 par l'association " Les Castors de l'Abbaye"

La mairie et l'école des garçons ou les écoliers devaient garder les cheveux courts et porter un grand béret pour éviter les poux, un sarrau en coton et un gibecière en tissus.

 

 

   

Enseigne du café Mioche-Mathevet transformé par la famille Horner en hôtel-restaurant dans les années 50.

Le petit commerce battait son plein avec épicerie centrale et marchand de vin.

En 1887, la consommation moyenne annuelle de vin par habitant était de 187 litres !

Parallèlement au changement de devanture de l'épicerie-mercerie, arrivent les premières automobiles avec à gauche une citroën "Trefle".

Bâtie vers 1835, l'école des filles accueillait les jeunes écolières que pouvaient quant à elles, arder les cheveux longs agrémentés de tresses ou de rubans !

 

  

Passage d'un attelage hippomobile dont l'industrie Française en a été le creuset du Second Empire à la fin du XIXème siècle.

Mr Chamois tenait le café de la liberté, peut-être un clin d'oeil au socle en pierre du pays ayant servi à la construction du pièdestal de la statue de la liberté à New York !

 

Damparis à la Belle époque

 

        

 

De la Fontaine vers la rue du Soleil

Bien avant que l'eau n'arrive au robinet de chaque foyer, les fontaines publiques étaient avec les puits et les cours d'eau, les seuls mieux d'approvisionnement en eau potable.

Telle que nous connaissons aujourd'hui, la fontaine du village date de 1890 !

Si toutes les couches sociales s'y retrouvaient pour puiser l'eau ou laver le linge, l'édifice attirait toujours la présence des enfants !

En arrière-plan, la maison espagnole semble veiller sur la place de la Fontaine. Edifiée vers 1636; elle était le siège de la justice à Damparis.

 

        

 

Franchie par la Reverate, trois sources alimentaient les bassins de la fontaine, de l'abreuvoir et de l'ancien lavoir aujourd'hui disparu.

Au loin, la mairie ne possède quant à elle ni clocheton ni horloge ! L'ensemble sera dressé durant le second semestre de l'année 1906.

L'absence de monument aux morts, nous rappelle aussi que nous sommes toujours à la Belle Epoque. Il fait bon vivre et la grande guerre n'a pas dévasté les campagnes.

Mais avec 9 millions d'hommes tués au combat, la première guerre mondiale fut une hécatombe épouvantable et une fois la paix revenue, chaque commune eut à coeur d'élever un mémorial à ses enfants défunts. Le monunents damparisien fut inauguré le 3 Octobre 1920.

 

  

 

Tilleul planté comme dans chaque commune Française sous la Révolution, cet "arbre de la Liberté" ombrage notre flânerie vers la rue du Soleil.

Vision sur l'une des dernières toitures végétale du pays. Le chaume qui à longtemps servi de couverture en milieu rural était très répandu au XIXème siècle. Quant au bureau de tabac "La Civette", il n'existait pas encore ...

 



© 2015-2017 Mairie de Damparis • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
RSSPlan du siteMentions légales